Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/12/2013

Week-end à Sydney

Ici, c'est l'automne, les vacances et le soleil sont loin, la déprime vous guette. Là-bas, le printemps austral, léger et déjà chaud. Alors sautez dans un avion et allez passer un week-end relaxant au bord du Pacifique entre beach culture et urban style.

img_brisbaneriver.jpg


Quarante heures d'avion, c'est reposant (enfin surtout en classe Affaires ou en première).

 

Ni patron ni collaborateurs à l'horizon : on peut lire, rêvasser, dormir dans les nouveaux sièges-couchettes de Marc Newson pour Qantas, tout en goûtant les meilleurs cépages. Le temps de vol est un atout contre le décalage horaire qui en quarante-huit heures sur place ne se manifeste pas. Conclusion (vécue) : le week-end à Sydney est moins fatigant que celui à New York.




Sydney a d'ailleurs des allures de vieille anglaise qui aurait flirté avec Manhattan et l'Italie. Oubliez l'image de (très belle) carte postale de l'Opéra et foncez à l'est sur les «inner eastern suburbs», des quartiers sans vue sur la baie, mais proches de la City. Explorez Woollahra, le Hampstead local et, surtout, Darlinghurst, à l'atmosphère d'East Village (on est y, arty et gay friendly, sans ostentation) ayant attrapé un coup de soleil : high streets bordées de maisons victoriennes à un étage ; parfum de jasmin des backyards ; pubs ouverts sur la rue bataillant contre cafés et gelaterias ; librairies, galeries, cinémas estampillés d'art et d'essai et plages à dix minutes de bus.


Il faut choisir son camp : plages sur le Pacifique ou sur la baie. Les premières (Bondi, Manly, Coogee), les plus belles, ont un air de Californie : normal, c'est surfland, sans le côté hippie-ringard de Venice Beach. On se baigne plus facilement dans les anses de la baie à la douceur méditerranéenne, filets à requin en sus. Ici, la vie subaquatique est intense : il y a deux ans, une baleine a mis bas devant l'opéra...


Avec tout ça, la vie est facile.

 

On passe sans morgue de la décontraction totale à la sophistication la plus urbaine, d'un barbecue sur la plage à une expo au musée d'Art contemporain, d'un brunch chez Bill's (433 Liverpool Street ; 9360.9631) au ferry pour Taronga Zoo, d'heures à chiner des bouquins chez Ariel, notre librairie de prédilection (42 Oxford Street), à une rêverie sur le Pacifique, d'un BYO (bring your own bottle : les restaurants où l'on apporte sa bouteille) au raffinement suprême de Tetsuya's (529 Kent Street ; 9267.2900), dont le menu dégustation vaut le voyage : logique, c'est un Relais & Châteaux (0.825.32.32.32 ; www.relaisetchateaux.com).


Alors immergez-vous et vivez la ville comme ses habitants : sans vue, mais avec design. Pas un restaurant, pas un bar, pas un hôtel qui n'y succombe. En version «boutique-hôtel», optez pour le Medusa, maison victorienne lilas et jaune (267 Darlinghurst Road ; 9331.1000 ; www.contemporaryhotels.com), ou le Kirketon, pour les fans de minimalisme (229 Darlinghurst Road ; 9332.2011 ; kirketon.com.au).

Woolloomooloo_Bay_Sydney.jpg
En version loft, ne ratez pas le W à Woolloomooloo dans un ancien embarcadère (The Wharf ; 9331.9000 ; www.whotels.com) ni l'Establishment (5 Bridge Lane ; 9240.3110 ; www.merivale.com/establishment). Seul «concept hotel» de la City, il déploie restaurants, boîte et bars, dont Hemmesphere, aux allures de Mamounia des années 50 passée à la moulinette déco. Mais pour être totalement en vogue, choisissez un appartement d'hôtel : le Mooghotel, à Surry Hills (413 Bourke Street ; 8353.8200 ; www.mooghotel.com) ou Apartment One, un duplex d'architecte, quintessence du Sydney style, à Darlinghurst, dû aux créateurs du Medusa (9331.2881 ; www.contemporaryhotels.com).

Le golf en France : éloge de la diversité

Avec près de 60 millions de joueurs, le golf est le sport individuel le plus pratiqué au monde. En France, on compte 500 000 mordus de la petite balle blanche et plus de 500 golfs. Un des attraits de ce sport est l'extrême diversité des parcours. Des falaises d'Etretat au massif de l'Estérel, nous vous invitons à un plein de swings sur sept golfs coups de coeur.


Ombres et lumières

seignosse.jpg


Plébiscité par la presse spécialisée française et britannique, Seignosse est un des meilleurs golfs français. Dessiné dans une forêt de pins et de chênes-lièges, ce 18 trous, oeuvre d'un architecte américain, Robert Van Hagge, n'est pas un golf pour débutants, il est plutôt destiné aux joueurs confirmés. De nombreux joueurs professionnels viennent d'ailleurs s'y entraîner pour travailler leur précision. Et il n'est pas rare d'y croiser José Maria Olazabal, le plus grand champion espagnol avec Severiano Ballesteros. La forêt omniprésente, les plans d'eau et les pièges visuels incitent à la réflexion avant chaque coup. Même si Seignosse reste un challenge, les difficultés ont été atténuées afin que tout le monde y prenne du plaisir. Et quand le soleil se couche à travers les pins, il découpe les fairways en longues bandes d'ombre et de lumière. Un spectacle magnifique.


Jouer



Golf de Seignosse, 18 trous, avenue du Belvédère, 40510 Seignosse (05.58.41.68.40 ; www.golfseignosse.com). Green fees : 44 euros pour les résidents de l'hôtel ; 55 euros pour les visiteurs.


Séjourner


Hôtel de Seignosse. Même adresse, même téléphone et même site internet que le golf. Cet établissement 3 étoiles de style Louisiane dispose de 45 chambres au pied du golf. Piscine extérieure. 43 euros par personne en chambre double.


Visiter


La très belle réserve naturelle de l'Etang noir (05.58.72.85.76). Visite guidée sur rendez-vous de la forêt marécageuse, de l'étang et des tourbières. Nombreuses espèces animales. Possibilité de faire de la barque sur l'autre étang, le Blanc. Locations au restaurant Les Roseaux, route Louis-de-Bormont, Seignosse (05.58.72.80.30). 10 euros la demi-journée (trois adultes maximum par embarcation). Le restaurant est fermé le mardi et pendant les vacances de la Toussaint et de Noël.

 

Etretat: Du haut des falaises



De la ville encaissée entre les hautes falaises de craie blanche, on ne voit que ça. Une longue et étroite langue verte qui court sur le sommet de la falaise. C'est le golf d'Etretat qui fêtera son centenaire dans quatre ans. Perché à plus de 100 mètres au-dessus des flots, ce 18 trous aux greens semblant frôler le vide offre des points de vue exceptionnels sur la côte. Etretat se joue par beau temps pour que le blanc des falaises gagne en intensité lumineuse, et pour éviter les bourrasques de vent, terribles sur ce plateau, qui dénaturent les swings les plus coriaces. Au golf d'Etretat, le 19e trou est tout aussi impressionnant que les 18 précédents : ce sont les baies vitrées de la salle à manger du restaurant qui s'ouvrent sur la mer. Pour les couchers de soleil, il n'y a pas mieux dans cette station balnéaire de la Côte d'Albâtre.

Jouer Golf d'Etretat, 18 trous, route du Havre, 76790 Etretat (02.35.27.04.89 ; www.golfetretat.com). Fermé le mardi. Green-fees individuel : 35 euros en semaine, 54 euros le week-end ; couple : 61 euros en semaine, 96 euros le week-end.

Séjourner Domaine Saint-Clair, chemin de Saint-Clair, Etretat (02.35.27.08.23 ; www.ledonjon-etretat.fr). Bâti au XIXe siècle, ce château anglo-normand accueillit Guy de Maupassant, Claude Monet et Pierre Loti. Chambres personnalisées et restaurant gastronomique. Forfait en semaine hors été et vacances scolaires : 1 nuit en chambre double avec dîner, petit déjeuner, green-fee et un massage shiatsu : 150 euros par personne.

Visiter Le clos Arsène Lupin, rue Guy-de-Maupassant, Etretat (02.35.10.59.53 ; www.arsene-lupin.com). Ouvert les vendredi, samedi et dimanche de 11 h à 16 h 45 et tous les jours durant les vacances scolaires. 6 euros (adultes) et 3,5 euros (de 6 à 18 ans). Dans la maison de Maurice Leblanc, le «père» d'Arsène Lupin, revivez la légende du célèbre gentleman cambrioleur.

La Bretesche

La vie de château


La Bretesche peine à se démarquer de son homologue parisien, Saint-Nom- la-Bretèche. La confusion hante l'esprit des golfeurs bien que sa situation géographique et son environnement soient radicalement différents. Ici, à Missillac, à quelques kilomètres de la frontière administrative séparant la Bretagne des Pays de Loire, l'imposant château fort du XIVe siècle entouré de 235 hectares de parc forge pourtant le caractère de ce golf de Loire-Atlantique. A la Bretesche, il est malheureusement impossible de franchir le pont-levis et les portes gardées par de lourdes grilles, le château ayant été transformé en résidences privées. C'est dans les communs que le club-house et son étonnant bar, construit dans d'anciennes écuries, ont trouvé refuge. Mais pour ne rien rater du spectacle, l'architecte du parcours a tracé 6 de ses 18 trous à l'ombre des tours de la vénérable demeure médiévale.

Jouer

Golf de la Bretesche, 18 trous + 9 trous compact, 44780 Missillac (02.51.76.86.86 ; www.golf-bretesche.com). Green-fees : 55 euros en semaine, 60 euros le week-end, 20 euros pour le compact.

Séjourner

Hôtel de la Bretesche, mêmes adresse, téléphone et site internet que le golf. Affilié au réseau Relais & Châteaux, cet établissement 4 étoiles situé dans les communs du château propose des week-ends à thème : soirée «chasse» les 22 et 23 octobre ; soirée «vins du Rhône» le 26 novembre ; soirée «Champagne» le 3 décembre.

Jusqu'à fin octobre, offres «Coups de coeur» : pour 3 nuits réservées, la 4e est offerte. Avec petit déjeuner, un dîner au restaurant gastronomique, un déjeuner au club-house, accès libre au golf et au tennis. 500 euros par personne (minimum 2 personnes) .

Visiter


Le Parc naturel régional de la Brière et ses 49 000 hectares, dont 17 000 de marais. Traversez les villages aux maisons aux toits de chaume et naviguez sur les marais en chaland, petite embarcation guidée avec une perche. 7 euros la promenade pour un adulte, 4 euros pour un enfant. Au-dessous de 4 personnes, tarif unique à 24 euros le chaland. Maison du Parc, 177, île de Fédrun, 44720 Saint-Joachim (02.40.91.68.68 ; www.parc-naturel-briere.fr).

 

Paris International Club Signé Nicklaus


Jack Nicklaus semblait bouder la France. L'immense champion des années 60-70 est en effet la seule star américaine à ne pas avoir disputé le Trophée Lancôme. Jusqu'au jour où il a débarqué dans la région parisienne pour dessiner son seul et unique parcours français. Un événement, compte tenu de la notoriété de ses dizaines de créations dans le monde. C'est dans l'ancienne propriété du baron Empain que les 18 trous furent tracés. La maison de maître se dresse encore derrière le très joli par 3 du 13, gardé par des bassins à la française. Dans sa première partie, le parcours est plat, puis grimpe dès le trou n° 10 sur un plateau. La deuxième partie, plus fatigante, est aussi plus technique, à l'image du 16, un magnifique par 4 bordé de rhododendrons. Puis, c'est le dernier plongeon vers le green en île du 18. Avec ses vestiaires très chics, son Jacuzzi et sa piscine couverte, le club-house invite à prolonger ce plaisir.

Jouer


Paris International Club, 18 trous, 18, route du Golf, 95560 Baillet-en-France (01.34.69.90.00 ; www.paris-golf.com). Green-fees : 45 euros en semaine le matin, 55 euros en semaine l'après-midi, 75 euros le samedi et 85 euros le dimanche uniquement pour les résidents.

Séjourner

Paris International Club (mêmes adresse et téléphone que le golf), 4 chambres doubles et 2 duplex (convient à deux familles) dans les tours du club-house. Toutes avec vue sur le parcours. 85 euros la chambre double, 110 euros le duplex. Restauration le soir sur commande. Séjourner dans ces chambres d'hôtes est la seule possibilité pour jouer le week-end.

Visiter

Le musée de la Renaissance dans le ravissant château d'Ecouen, 95440 Ecouen (01.34.38.38.50 ; www.musee-renaissance.com). Tous les jours, sauf mardi et jours fériés, de 9 h 30 à 12 h 45 et de 14 h à 17 h 15. 4 euros l'entrée, gratuit pour les moins de 18 ans et, pour tous, le premier dimanche du mois. C'est dans le château d'Anne de Montmorency que se trouve le premier musée entièrement consacré à la Renaissance.


Ilbarritz Tout d'un grand


C'est au Pays basque que le golf français a pris son essor. Toujours à la pointe lorsqu'il s'agit de découvrir de nouveaux talents, la région de Biarritz s'est récemment dotée d'un centre d'entraînement modèle, Ilbarritz. Les enfants des écoles, les adolescents et les golfeurs en mal de perfectionnement drivent la balle sur ce practice circulaire quasiment unique en France. Bénéficiant d'un site de toute beauté, les 9 trous du golf sont à flanc de falaise. Dominés par le château abandonné du baron de l'Espée, les premiers trous s'ouvrent sur l'Océan, le sommet de la Rhune et le palais de la famille Latécoère. Construit sur deux niveaux de terrain, ce très joli parcours nécessite une navette (gratuite) entre le green du 4 et le départ du 5. Au retour, des voiturettes gracieusement mises à disposition vous ramènent au départ du 9 pour un dernier regard sur la baie de Bidart.


Jouer


Ilbarritz, 9 trous, avenue du Château, 64210 Bidart (05.59.43.81.30 ; www.golf-ilbarritz.com). Green-fees individuel : 27 euros ; couple : 49 euros.


Séjourner



Ferme d'Irigoian, avenue de Biarritz, Bidart. (05.59.43.83.00 ; www.irigoian.com). Cette ferme basque typique construite au XVIIe siècle possède 5 chambres d'hôtes à la décoration simple mais chaleureuse. A seulement 300 mètres de la plage et en bordure du trou n° 1 du golf d'Ilbarritz, elle est le lieu rêvé pour un séjour tonique. A partir de 76 euros la chambre pour 2 nuits minimum, petit déjeuner non compris.


Visiter


Musée du Chocolat, 14, avenue Beau-Rivage, 64200 Biarritz (05.59.41.54.64 ; www.lemuseeduchocolat.com). Du lundi au samedi ou tous les jours pendant les vacances scolaires, de 10 h à 12 h et de 14 h 30 à 18 h. Entrée : 6 euros pour un adulte, 5 euros pour un ado et 3 euros pour un enfant de moins de 12 ans.


Evian Le lac aux dames


C'est sous l'impulsion d'Antoine Riboud, fondateur du groupe Danone, que le golf d'Evian, créé en 1904, est revenu sur le devant de la scène. Grâce à une compétition féminine, l'Evian Masters, devenue en dix ans l'un des cinq plus grands tournois féminins au monde. Du coup, le 18 trous, aux vues magnifiques sur le lac Léman, a été redessiné et fleuri. Aujourd'hui, l'Evian Masters Golf Club est l'un des plus beaux parcours de France. On y drive face à la chaîne des Mémises et de la dent d'Oche, on y putte face au lac. Construit à 500 mètres d'altitude, ce 18 trous est physique et technique. A l'image du 15, un court par 3 à la vue plongeante sur le lac, un trou carte-postale qui ne laisse aucun joueur ni aucun swing insensibles.


Jouer


Evian Masters Golf Club, 18 trous, rive sud du lac Léman, 74500 Evian-les-Bains (04.50.75.46.66 ; www.royalparcevian.com). Green-fees : 45 euros pour les visiteurs ; gratuit pour les clients de l'hôtel jusqu'au 31 mars 2005. Index 35 exigé.


Séjourner

Royal Parc Evian, rive sud du lac Léman, Evian (04.50.26.85.00 ; www.royalparcevian.com). Entouré d'un parc de 19 hectares, cet établissement est un 5 étoiles de 154 chambres dominant le lac. Forfait «Golf Passion» comprenant 2 nuits en chambre double avec vue sur le lac, les petits déjeuners, 2 déjeuners ou dîners au choix dans l'un des 9 restaurants du Royal Parc Evian, dont le Café Royal (1 étoile au Michelin), green-fees, voiturette électrique, accès libre aux installations sportives et de bien-être. 622 euros par personne.


Visiter


La Fondation Pierre Gianadda, rue du Forum 59, 1920 Martigny, Suisse (00.41.27.722.39.78 ; www.gianadda.ch).

Exposition «Les trésors du monastère Sainte-Catherine» jusqu'au 12 décembre. Dans ce lieu unique, vous trouvez pêle-mêle une collection de peintures, un musée de l'automobile, un parc de sculptures... Ouvert tous les jours de 10 h à 18 h. Entrée : 10 euros .


Estérel Parmi les pins parasols

 

Golf.jpg


Voisin du golf de Valescure, l'un des deux clubs centenaires de la Côte d'Azur, l'Estérel en est son pendant moderne. Ouvert en 1989, ce 18 trous porte la patte d'un des plus grands architectes de golf du XXe siècle, l'Américain Robert Trent Jones. Tracés dans une forêt de pins parasols, les fairways sont généreux et moelleux et les greens bien pentus. Les bunkers en dentelle qui sont la marque de fabrique de Trent Jones renforcent la beauté du site. Certains trous sont même d'une beauté vénéneuse comme le 15, un court par 3 de 126 mètres, avec, entre le départ et le green, un ravin profond et broussailleux où il vaut mieux ne pas s'aventurer pour y chercher ses balles égarées. Situé à seulement 5 kilomètres des plages de Saint-Raphaël, le golf de l'Estérel est donc un excellent choix face à l'agitation de la Côte.


Jouer


Golf de l'Estérel, 18 trous + 9 trous, boulevard Darby, 83700 Saint-Raphaël (04.94.52.68.30 ; www.formulegolf.com). Green-fees : 53 euros.


Visiter


Hôtel du Golf de Valescure, avenue Paul-L'Hermitte, Saint-Raphaël (04.94.52.85.00). Cet hôtel 3 étoiles de 40 chambres est entouré d'un parc de 3 hectares. Piscine extérieure, 4 courts de tennis, terrain de pétanque, tir à l'arc, billard. De 122 euros à 140 euros la chambre double. Pour avoir une vue sur le golf, demandez les chambres de catégorie supérieure du 2e étage. Réduction sur le golf de l'Estérel : 50 euros au lieu de 53 euros.


Visiter


L'exceptionnel massif de l'Estérel. Comptez une demi-journée de voiture pour en faire le tour. Cette montagne en porphyre rouge, plantée de pins, de chênes et d'eucalyptus longe la Méditerranée de Saint-Raphaël à La Napoule.

La tentation du risque limité

Longtemps réservée aux institutionnels, la gestion alternative est désormais accessible aux épargnants. Très efficace, elle leur promet des performances régulières. Un placement miracle ? A voir.

funds
Échaudés par la Bourse mais aussi déçus par les faibles rendements des placements traditionnels, les épargnants cherchent une troisième voie. La gestion alternative pourrait la leur offrir. Depuis longtemps prisée par les banques privées suisses, plébiscitée ces dernières années par les investisseurs institutionnels, cette gestion atypique était jusqu'à présent inaccessible aux particuliers. Mais ces derniers mois, tout a changé. De grandes banques (la Société générale, le Crédit du Nord, les Banques populaires, etc.), ou encore des assureurs comme les AGF ont commencé à la proposer dans leurs réseaux aux clients qui souhaitent diversifier leurs placements financiers.


Le concept est séduisant.

 

La gestion alternative a pour mission de rapporter plus que les sicav monétaires, davantage aussi que les obligations, de façon régulière et avec un risque limité. Beaucoup plus faible, par exemple, que celui d'un investissement en actions. Et c'est paradoxal, car sa réputation, bâtie au fil du temps sur ses performances, a aussi été ternie à plusieurs reprises par de retentissants scandales ! Cette gestion n'est en effet rien d'autre qu'un univers hétéroclite d'environ 8 000 hedge funds, ces fonds spéculatifs basés le plus souvent dans des paradis fiscaux, ou encore en Irlande ou au Luxembourg, là où les réglementations financières laissent aux gérants une grande liberté de manoeuvre. Trop grande justement dans certains cas. Une dizaine de ces hedge funds ont fait faillite ces dernières années, victimes de paris trop audacieux, ou simplement d'un gérant malhonnête. Certains souscripteurs y ont perdu la totalité de leur mise.


Les gérants alternatifs ne se contentent pas, en effet, comme les gestionnaires classiques, d'acheter des titres sur les marchés financiers dans l'espoir de les voir s'apprécier. Ils démultiplient leurs gains, et parfois aussi leurs pertes, en spéculant également à la baisse, par exemple en vendant des titres à découvert (c'est-à-dire en cédant des actifs qu'ils n'ont pas encore en portefeuille, et qu'ils comptent acheter plus tard, quand leurs prix auront chuté), ou encore en intervenant sur les marchés à terme. Un gérant peut ainsi acheter les actions auxquelles il croit, et vendre à découvert celles qu'il s'attend à voir baisser.


Le poids de la géopolitique


Si ses anticipations se révèlent justes, il gagnera sur les deux tableaux. «Grâce à ces techniques particulières, la gestion alternative est capable de dégager de la performance quelle que soit l'évolution des marchés, et donc même quand la Bourse baisse», résume Daniel Valverde, directeur du patrimoine et de la gestion d'actifs au Crédit du Nord. Et l'univers d'investissement est vaste, car tous les actifs financiers ou presque peuvent être gérés ainsi : actions, obligations, matières premières, devises.


Comment permettre aux épargnants de profiter des performances de la gestion alternative, tout en évitant qu'ils n'investissent sur des hedge funds «douteux» ? L'Autorité des marchés financiers (l'AMF) est le gendarme de la Bourse. Chargée de veiller aux intérêts des souscripteurs, elle a trouvé la solution : elle interdit de publicité en France les hedge funds, mais elle autorise certaines sociétés de gestion françaises, à commercialiser des fonds communs de placement investis sur plus d'une dizaine (souvent 15 à 30) de hedge funds différents, eux aussi triés sur le volet. Objectif : offrir aux épargnants un placement très diversifié, contrôlé et en principe sans grand danger. Il est moins risqué de souscrire ces fonds de gestion alternative que d'investir sur des valeurs technologiques ou même sur des actions en général.»


Alors voilà le placement miracle ?

 

Pas forcément. Car la gestion alternative a ses bonnes et ses mauvaises années. Et justement, ces derniers mois, elle a été pénalisée par la morosité et l'attentisme des marchés. «Les gérants alternatifs affichent de meilleures performances lorsque les marchés sont liquides, animés par des volumes importants, et que des tendances claires se dégagent. Il leur est plus difficile de prendre des paris, quand tout est perturbé par des incertitudes géopolitiques ou les craintes sur le prix du pétrole», constate Jean-François Vert. Dans ce contexte peu favorable, beaucoup de fonds alternatifs proposés aux épargnants peinent à faire mieux que les sicav monétaires, et progressent de 1,5% à 3% seulement depuis le début de l'année. Ce qui ne les empêche pas d'espérer gagner 5% à 7% par an en moyenne sur les cinq prochaines années.

16:58 Publié dans Economie | Tags : funds | Lien permanent | Commentaires (0)