Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/12/2013

Week-end à Sydney

Ici, c'est l'automne, les vacances et le soleil sont loin, la déprime vous guette. Là-bas, le printemps austral, léger et déjà chaud. Alors sautez dans un avion et allez passer un week-end relaxant au bord du Pacifique entre beach culture et urban style.

img_brisbaneriver.jpg


Quarante heures d'avion, c'est reposant (enfin surtout en classe Affaires ou en première).

 

Ni patron ni collaborateurs à l'horizon : on peut lire, rêvasser, dormir dans les nouveaux sièges-couchettes de Marc Newson pour Qantas, tout en goûtant les meilleurs cépages. Le temps de vol est un atout contre le décalage horaire qui en quarante-huit heures sur place ne se manifeste pas. Conclusion (vécue) : le week-end à Sydney est moins fatigant que celui à New York.




Sydney a d'ailleurs des allures de vieille anglaise qui aurait flirté avec Manhattan et l'Italie. Oubliez l'image de (très belle) carte postale de l'Opéra et foncez à l'est sur les «inner eastern suburbs», des quartiers sans vue sur la baie, mais proches de la City. Explorez Woollahra, le Hampstead local et, surtout, Darlinghurst, à l'atmosphère d'East Village (on est y, arty et gay friendly, sans ostentation) ayant attrapé un coup de soleil : high streets bordées de maisons victoriennes à un étage ; parfum de jasmin des backyards ; pubs ouverts sur la rue bataillant contre cafés et gelaterias ; librairies, galeries, cinémas estampillés d'art et d'essai et plages à dix minutes de bus.


Il faut choisir son camp : plages sur le Pacifique ou sur la baie. Les premières (Bondi, Manly, Coogee), les plus belles, ont un air de Californie : normal, c'est surfland, sans le côté hippie-ringard de Venice Beach. On se baigne plus facilement dans les anses de la baie à la douceur méditerranéenne, filets à requin en sus. Ici, la vie subaquatique est intense : il y a deux ans, une baleine a mis bas devant l'opéra...


Avec tout ça, la vie est facile.

 

On passe sans morgue de la décontraction totale à la sophistication la plus urbaine, d'un barbecue sur la plage à une expo au musée d'Art contemporain, d'un brunch chez Bill's (433 Liverpool Street ; 9360.9631) au ferry pour Taronga Zoo, d'heures à chiner des bouquins chez Ariel, notre librairie de prédilection (42 Oxford Street), à une rêverie sur le Pacifique, d'un BYO (bring your own bottle : les restaurants où l'on apporte sa bouteille) au raffinement suprême de Tetsuya's (529 Kent Street ; 9267.2900), dont le menu dégustation vaut le voyage : logique, c'est un Relais & Châteaux (0.825.32.32.32 ; www.relaisetchateaux.com).


Alors immergez-vous et vivez la ville comme ses habitants : sans vue, mais avec design. Pas un restaurant, pas un bar, pas un hôtel qui n'y succombe. En version «boutique-hôtel», optez pour le Medusa, maison victorienne lilas et jaune (267 Darlinghurst Road ; 9331.1000 ; www.contemporaryhotels.com), ou le Kirketon, pour les fans de minimalisme (229 Darlinghurst Road ; 9332.2011 ; kirketon.com.au).

Woolloomooloo_Bay_Sydney.jpg
En version loft, ne ratez pas le W à Woolloomooloo dans un ancien embarcadère (The Wharf ; 9331.9000 ; www.whotels.com) ni l'Establishment (5 Bridge Lane ; 9240.3110 ; www.merivale.com/establishment). Seul «concept hotel» de la City, il déploie restaurants, boîte et bars, dont Hemmesphere, aux allures de Mamounia des années 50 passée à la moulinette déco. Mais pour être totalement en vogue, choisissez un appartement d'hôtel : le Mooghotel, à Surry Hills (413 Bourke Street ; 8353.8200 ; www.mooghotel.com) ou Apartment One, un duplex d'architecte, quintessence du Sydney style, à Darlinghurst, dû aux créateurs du Medusa (9331.2881 ; www.contemporaryhotels.com).